top of page
  • Photo du rédacteurDorothée de Collasson

Une semaine avec les chics du Chic

Au mois d’avril, j’ai été invitée par le Chic Resto Pop à venir colorer leurs murs de ma patte. Quelques jours passés dans la peinture, mais surtout dans la ouate bienveillante du lieu et de son équipe,



crédit photo : @c_mathilde


Le Chic c’est quoi?


Créé en 1984, Le Chic Resto Pop est une entreprise d'insertion socioprofessionnelle, d'économie sociale et un organisme d'action communautaire Montréalais. Prenant la forme d’une spacieuse et chaleureuse cantine populaire, cette ancienne Eglise accueille chaque jour des centaines de personnes viennent y déguster des repas copieux à prix (très) modiques. Disons le, dans le quartier, il s’agit pas mal d’une institution. Le Chic est impliqué et solidement implanté dans son environnement.


La mission sociale du Chic resto pop dépasse le fait de servir des repas (ce qui en soit répond déjà à un besoin essentiel, dans un quartier historiquement populaire - d’ailleurs, c’était l’objectif lors de sa création : offrir un resto Chic mais populaire). Le Chic Resto Pop fournit également aide, information, repas, encadrement et animation aux populations vulnérables, combat l’exclusion sous toutes ses formes et contribue de façon exemplaire au développement social de son quartier. Depuis 1985, le Chic Resto Pop a produit au-delà de 4 millions de repas pour les personnes défavorisées et a permis à plus de 1 500 personnes d’être admises au service de formation.


Colorer les murs

Quand on entre dans le Chic, on est tout de suite impressionné par l’immense salle, ses plafonds hauts, les lumières, qui la traversent. Marc-André Simard, directeur général depuis 2022, m’y invite à manger. L’endroit fourmille, les habitué.e.s font la file dès l’ouverture. une fois repus, Marc-André me présente le coin “famille”, un endroit que l’équipe souhaite dédier aux parents et à leurs enfants, avec des petites tables, des jeux, des livres, etc. Marc-André me présente un grand mur crème : “c’est ici qu’on aimerait mettre de la couleur!”. Je suis tout de suite honorée et emballée par ce nouveau projet! On visite le reste du batiment, les sous sols, les cuisines, les écoles… je me sens chanceuse de découvrir toute cette fourmilière humaine !


Quelques échanges s’en suivent dans les semaines suivantes, le temps de faire quelques propositions à Marc André, et de les valider avec son équipe. Et puis on convient d’une date, et c’est parti!


crédit photo : @c_mathilde

5 jours avec les chics du Chic.

Mercredi après midi, je débarque avec mon matériel, mes pinceaux, mes couleurs. Un échafaudage m’attend, c’est la première fois que je vais réaliser une murale qui nécessite que je sois perchée, j’ai une petite appréhension liée au vertige! Mais comme on dirait ici : “AWAYE MICHELANGE, let’s go!”. Première étape : projeter le croquis sur le mur, pour en re-situer les grandes lignes. C’est déjà un petit challenge, parce que ce beau mur est plein de soleil en après midi! Deuxième étape : peindre le ciel, les couleurs plus pâles. L’échaffaudage et moi, on s’apprivoise, malgré ses grincements menaçants. Seul hic : à nous deux nous ne sommes pas assez hauts pour que j’atteigne le plafond. Tout au long de l’après midi, l’équipe vient me rendre visite, tout le monde est plein de sourires, d’attentions, de curiosité, d’humour. C’est vraiment agréable et à 17h, quand Pierre ferme la boutique, il me tarde déjà de revenir le lendemain !



crédit photo : @c_mathilde

Jeudi matin, l’ambiance est un peu différente : le lieu est calme, en attendant son rush quotidien du midi. Je poursuis mon travail dans cette douceur matinale, en regardant les fourmis s’activer en cuisine! La routine est rodée! J’attaque les couleurs plus flashies : un fuchsia, du vert, du bleu électrique… ça attise les curieux! Un arbre sort de terre, un deuxième… Petite déconvenue : la peinture n’est pas assez couvrante, il me faudra donc en appliquer plusieurs épaisseurs (4 ou 5 par endroits!). Je lunch avec l’équipe, l’occasion de réaliser que Marion (aux RH) et moi, avons grandi à quelques centaines de mètres l’une de l’autre, en banlieue parisienne! Le monde est petit! En après midi, mon amie Jani vient s’installer au piano, elle chante, et sa voix nous enveloppe. Les usagers sont heureux de voir l’art sous plusieurs de ses formes venir habiter le lieu. Incarner un milieu de vie est d’ailleurs un des souhaits du Chic. On termine la journée par un 5 à 7 suivi d’un bowling au mythique Darling avec l’équipe, qui m’invite généreusement à me joindre (“tu fais partie des murs maintenant!”, plaisante Bruno)


Vendredi, tandis que je poursuis ma fresque, des petites dames viennent poser leurs plateaux et s’installer juste à côté, pour voir la peinture avancer pendant leur lunch, ça me touche ! C’est la journée des spaghettis bolo, une journée très attendue par les usagers, qui viennent plus nombreux que d’habitude !! mon ami Sylvain me rend visite, et on gloutonne ce copieux plat au soleil, dans la petite cour arrière du Chic! Je regarde la salle animée : des jeunes, des personnes âgées, des travailleurs avec leurs ordinateurs, des copines qui se retrouvent, des rdv pro, des messieurs tous seuls… une sacré diversité! Parmi eux, plusieurs usagers viennent discuter : L’un me parle de sa pratique artistique, l’autre me demande si je pourrais ajouter des petites anges… C’est aussi ça, la beauté de peindre au Chic Resto Pop!



crédit photo : @c_mathilde

Le mardi suivant, il est temps d’attaquer la fameuse église et ses personnages. ça prend forme ! Mathilde, photographe, vient me rendre visite, photographier l’avancement, profiter de la quiétude du lieu. Il ne reste à la fin de la journée que les détails et le ciel à compléter en haut. Usagers et équipe viennent régulièrement observer l’avancement. Je remercie Marc André d’avoir eu cette idée, il me répond amusé : “mais c’est toi qui a eu l’idée ! Quand j’ai vu les fresques que tu peignais je me suis dit : il nous en faut une ici!”. Je prends mon temps, car il est décidément très agréable pour moi de passer ces journées à peindre, en si bonne compagnie.



Jeudi, je peaufine, dans une journée de multitasking parfait ou j’enchaine les réunions sur zoom, et les coups de pinceaux (parfois même, les deux en même temps !). L’étape du jour : apposer les portraits d’Annie, de Jacynthe et de Miriam, les 3 directrices générales qui ont fondé et dirigé le Chic depuis sa création. C’est tout un exercice pour qu’on les reconnaisse bien! Trois femmes auxquelles Marc André souhaite faire un clin d’oeil, rendre hommage. L’échaffaudage a été réhaussé, et je passerai l’après midi les mains terriblement moites, agrippée à un des poteaux, à espérer finir ce ciel au plus vite, tandis que l’équipe organise une grande réunion interne dans la salle.


C’est avec un sentiment d’émotion, de nostalgie, et de gratitude énorme que je signe la fresque, consciente que cette fois, les journées à peindre sans réfléchir dans ce havre de paix sont terminées… Merci encore aux (super) chics du Chic, et à très bientôt!


Retrouvez ci dessous toutes les photos de la talentueuse Mathilde (instagram et crédit : c_mathilde)


Et pour découvrir plus de fresques et pourquoi pas, oser vous aussi m'inviter sur vos murs, c'est ici: https://www.do2co.com/fresques



155 vues0 commentaire

コメント


bottom of page